Les plantes médicinales

Filipendula-ulmaria
Des vertus de la Reine des Près

Comme certains d’entre vous le savent déjà, nous cueillons et nous cultivons aussi des plantes médicinales. J’ai en effet fait l’acquisiton, dans les Cévennes ardéchoises, de terres en friches depuis plus de trentre que je m’applique à remettre en culture pour y produire de la Mélisse, de la Menthe, de la Verveine, de la Mauve, des Bleuets, etc…, mais je cueille aussi un certain nombre d’autres espèces dont le Laurier sauce, le Thym, le Sureau, la Reine des près… Toutes ces espèces sont évidemment produites selon des modes de culture biologiques validés par ECOCERT.

Ces plantes sont utilisées depuis des temps immémoriaux pour leurs vertus médicinales, mais beaucoup de médecins « allopathiques » commencent à les prescrire, au fûr et mesure que la science met en évidence leurs vertues et comprend leur mode d’action.

Il en va ainsi de la Reine des Près (Filipendula ulmaria), à ne pas confondre avec la Belle des Champs qui, comme chacun le sait, est un fromage et qui, comme presque tout le monde l’igonore, était une fille de mon village lorsque mes amis d’enfance et moi-même étions encore suffisamment stupides pour donner des sobriquets aux jolies filles du canton.

Le « principe actif » de la Reine des Près est l’acide salicylique qui est aussi le principe actif de… l’aspirine, raison pour laquelle la Reine des Près est utilisée pour soigner les états fébriles et les pathologies de nature « inflammatoires », entre autres.

Il se pourrait bien, néanmoins, que la Reine des Près ait d’autres vertues plus « inattendues », car des chercheurs d’Oxford semblent avoir mis en évidence des propriétées très intéressantes de l’aspirine.