Miel de Lavande

DSCN1945 bis

 

Lieu de production.

En 2014, pour la première fois, j’ai produit du miel de Lavande. Je n’avais pas pu le faire jusqu’à présent, car trouver un emplacement près des champs de Lavande où déposer ses ruches durant la floraison n’est pas chose aisée. En effet, l’Ardèche est le département français qui compte le plus d’apiculteurs professionnels, mais les surfaces cultivées en Lavandes ne sont pas très importantes…

Par chance j’en ai trouvé un sur le plateau de Saint Remèze, au dessus de Vallon Pont d’Arc (pour ceux qui ont déjà descendu les fabuleuses Gorges de l’Ardèche en canoë) et à 5km de la non moins célèbre copie de la Grotte Chauvet qui ouvrira ses portes fin avril 2015.

Biologie de la Lavande :

La floraison de la Lavande commence à la fin du mois de juin et se termine à la fin du mois de juillet. Cela n’a pas toujours été le cas. Il y a seulement vingt ans de cela, la floraison débutait plus tard (vers la mi juillet) et se terminait plus tard aussi (vers la mi août), mais le changement climatique fait que les printemps sont de plus en plus chauds et de plus en plus secs dans le Sud de l’Ardèche, ce qui a pour conséquence de provoquer des floraisons plus précoces.

En outre, les sécheresses répétées ont entraîné une forte diminution de la production/ruche ces dernières années sur cette miellée. En effet, la Lavande pousse sur des sols calcaires pauvres et filtrants. Il est donc indispensable, pour que les fleurs de Lavande donnent du nectar, que les champs de Lavande reçoivent de la pluie régulièrement tout au long du printemps ainsi que durant la floraison. Ces apports réguliers en eau permettent en outre aux pieds de Lavande de mieux résister au « dépérissement à phytoplasme », une maladie bactérienne dont le vecteur est un insecte, la Cicadelle Hyalesthes Obsoletus.

Enfin, le changement climatique a aussi pour effet d’augmenter fortement la fréquence et l’intensité des orages de grêles observés dans le Sud de l’Ardèche en août, ce qui pousse les producteurs de Lavande à faucher leurs champs de plus en plus tôt afin de limiter le risque de perdre toute leur récolte.

Il résulte de tous ces changements que la production de miel de Lavande/ruche a beaucoup baissé depuis une dizaine d’année.

Il était relativement fréquent de produire 30 ou 40kg de miel de Lavande/ruche jusqu’au début des années 90. Aujourd’hui, une production de 20kg/ruche est considérée comme tout à fait satisfaisante. En 2014, elle a été d’environ 12kg/ ruche dans le Sud de l’Ardèche. 2015 a été nettement meilleure avec environ 25kg. Certains de mes confrères situées sur des zones qui ont reçu de fortes pluies à la mi juin ont fait plus de 30kg.

Le changement climatique est d’autant plus pénalisant pour les apiculteurs, que la précocité de plus en plus grande de la floraison de la Lavande interdit de faire produire, à la même ruche, du miel de Châtaigniers puis du miel de Lavande, ce qui était tout à fait possible il y a de cela vingt ans, car à l’époque la floraison de la Lavande débutait alors que celle des Châtaigniers venait de se terminer.

DSCN2095 bis

Caractéristiques du miel de Lavande.

Le miel de Lavande est un miel très intéressant car il cumule les atouts des miels de printemps (douceur et légèreté) et ceux des miels d’été (puissance et longueur en bouche). C’est un miel délicat et fruité. C’est aussi un miel qui cristallise très rapidement et qui a une cristallisation grossière. Il est possible d’ensemencer le miel de Lavande pour le rendre crémeux. Cela consiste a incorporer dans le miel de Lavande, une « certaine proportion » de miel de Colza (entre 5% et 20%) et à brasser ensuite le mélange. Ce brassage va déclencher la cristallisation et les cristaux de miel de Lavande, grossiers, vont prendre la forme des cristaux de miel de Colza, plus fins. Il en résultera un miel crémeux. Pour ma part je n’ensemence pas mon miel de Lavande car, d’une part, je ne produis pas de miel de Colza et d’autre part je tiens à ce que mes miels conservent toutes leurs caractéristiques originelles.

Il est aussi possible de retarder la cristallisation du miel de Lavande (comme celle des autres miels) en le chauffant, mais cela aura pour conséquence d’altérer les propriétés organoleptiques du miel, notamment sa saveur et ses arômes. Pour ces raisons c’est une technique que je n’utilise pas non plus.

Ainsi, ne vous étonnez pas si un pot de miel de Lavande que vous m’avez acheté en octobre cristallise dès le mois de novembre. C’est normal.

Cliquez pour commander votre miel en ligne