À propos

Qui suis-je ?

Je suis apiculteur dans les Cévennes ardéchoises, dans un petit village qui se nomme Laboule et qui se situe dans la très belle vallée de la Beaume. Je commercialise mon miel à Paris de début octobre à fin avril.

gilles_roux

Je suis né et j’ai grandi sur le Haut Plateau Ardèchois, près du Gerbier de Joncs, là ou la Loire prend sa source, à 1500 mètres d’altitude. Après avoir quitté cette région, dans laquelle mes parents vivent toujours, pour faire mes études puis exercer divers métiers « en ville », notamment dans la finance, à Paris, de 1998  à 2009, j’ai décidé, fin 2009, de quitter l’univers de la finance pour revenir en Ardèche y faire ce dont je rêvais depuis des années à savoir, exercer le métier d’apiculteur.


Agrandir la carte

Je produis mon miel dans un environnement très protégé et préservé, dans le Parc Régional des Monts d’Ardèche, au milieu des châtaigniers cévenols (cf photos jointes); le champs de colza le plus proche se trouve à plus de 100 km…

gilles_roux_ruche
J’exploite actuellement une centaine de colonies et j’ai pour objectif d’augmenter mon cheptel jusqu’à 300 dans les deux années qui viennent.

En 2015 j’ai produit cinq types de miels : Garrigue, Acacias, Châtaigniers, Lavande et Montagne. Pour une description complète de mes miels ainsi que de l’environnement dans lequel je les produis, voir l’onglet Mes Miels.

Gilles Roux

Durant mes « pérégrinations » à Paris j’ai rencontré et épousé une parisienne. Pour cette raison je viens commercialiser mon miel à Paris durant l’hiver, de fin octobre à fin avril. Je le vends auprès de comités d’entreprises, mais je livre aussi (gratuitement pour des commandes de plus de 5 kg) les particuliers sur Paris et en banlieue proche. Ce mode de commercialisation permet à ces clients d’accéder à un miel artisanal, à Paris, à des prix très compétitifs et il me permet à moi d’avoir des contacts privilégiés avec mes clients, ce qui est particulièrement gratifiant.

En achetant le miel des apiculteurs français, vous aidez l’apiculture françaises à se maintenir, mais vous avez aussi la garantie d’acheter des miels souvent d’une grande qualité gustative ainsi que d’une qualité sanitaire irréprochable.

Miel d'Ardèche

Il faut savoir, en effet, que plus de 75% du miel consommé en France est importé (soit 35 000 tonnes/an sur un total de 45 000 tonnes), essentiellement de pays extra-européens, pays dans lesquels les normes sanitaires ne sont pas toujours aussi élevées qu’en France (voire totalement inexistantes) pour ce qui concerne notamment l’utilisation des antibiotiques utilisés pour soigner certaines maladies dont souffrent parfois les abeilles, mais dont l’utilisation est formellement interdite en France et sévèrement punie par la loi.

Personnellement je ne connais pas un seul apiculteur français qui en utilise et, évidemment, je n’en utilise pas moi-même. Vous ne trouverez donc jamais ne serait ce qu’un milligramme d’autre chose que du miel dans mon miel.

Il est important de noter, aussi, qu’une partie significative de ces 35 000 tonnes de « miels » importés est constituées de faux miels produits en laboratoire. Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur ce sujet, rendez-vous dans la partie blog de mon site. J’y ai publié un post qui s’intitule « A propos des faux miels vendus en grande distribution ».